Mode de Vie

CAPTCHA : Comment une simple case te distingue des robots ?

Publié

CAPTCHA : Comment une simple case te distingue des robots ?

On se fait fréquemment demander de prouver qu’on n’est « pas un robot » lorsqu’on enregistre un compte, se connecte ou achète en ligne. Souvent cette preuve est simplement réalisée en cochant une case. Dans le monde d’aujourd’hui, où la technologie est si avancée et en constante évolution, comment est-ce que cette simple preuve peut empêcher les faux comptes ?

Le terme CAPCTCHA est un acronyme signifiant « Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart ». Le nom fait référence à Alan Turing, un informaticien qui a conçu les tests Turing, utilisés pour déterminer la capacité à penser d’une machine. Le nom réfère également à son utilité, soit la distinction entre les ordinateurs et les humains.

Au cours des derniers vingt ans, le test a connu plusieurs versions. La plupart des milléniaux y ont été introduits à travers l’étrange séquence de lettres à retranscrire lors d’une mise à jour d’un mot de passe (ou d’autres paramètres) sur MSN Messenger/Windows Live. De lettres à la sélection d’images spécifiques, ce test a dû évoluer et rester à l’affut de l’expérience client and des tendances de gratification instantanée (les utilisateurs ne veulent pas prendre le temps d’avoir à copier des lettres sur un appareil mobile). Cependant, une forte majorité de ces tests été facilement résolu par les programmes d’intelligence artificielle qui évoluent rapidement et deviennent de plus en plus complexes. Face à cette faible efficacité, Google a introduit son reCAPTCHA en 2014. Au lieu de demander à l’utilisateur d’effectuer une tâche en inscrivant une réponse, ce test demande simplement de cocher une case confirmant que ce dernier n’est « pas un robot ». Non seulement ce test est-il plus pratique pour les utilisateurs, il est aussi plus sécure. Au lieu de demander un effort de la part de l’utilisateur, ce test cible les robots en analysant le comportement. Les individus ont des trajectoires de souris et des tendances de clavier aléatoires, alors que celles des robots sont automatisées, et donc constantes et régulées. Ce test utilise des comportements telles la trajectoire de la souris et la vitesse de tape.

Alors que plusieurs d’entre nous trouvent l’action de cocher cette case étrange (car nous nous doutons qu’on programme automatique y parviendrait), c’est une réponse à des inquiétudes technologiques modernes.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *