Mode de Vie

Pourquoi il est difficile d’atteindre un équilibre entre les réseaux sociaux et le bien-être

Publié

Pourquoi il est difficile d’atteindre un équilibre entre les réseaux sociaux et le bien-être

Image par Julia Sifuentes

Depuis la dernière décennie, le nombre de plateformes numériques sociales s’est multiplié. Cette augmentation, leur but et la façon de les utiliser ont également évolué. Dans ses débuts, les réseaux sociaux nous permettaient de rester en contact avec nos différents cercles sociaux. Depuis, leur vocation et leur importance au sein de notre société se sont transformées, et ceux-ci sont devenus une façon de faire de nouvelles connaissances, selon des intérêts partagés et des caractéristiques communes.

Aujourd’hui, il y a diverses catégories et utilités de ces différentes plateformes. La spécificité de chacune ainsi que la multiplication de sous-catégories créent un sentiment de besoin pour les jeunes adultes. Alors que des plateformes telles que Tinder et Bumble ont une vocation romantique et que LinkedIn permet une croissance professionnelle, les plateformes principales, Facebook, Instagram et Twitter sont devenues des sources de nouvelles quotidiennes pour des millions d’utilisateurs à travers le monde. 

Que ce soit dans une optique professionnelle ou personnelle, ces plateformes numériques permettent de créer et de maintenir diverses relations. L’accès et la connectivité faciles ont permis de répondre aux réalités d’une nouvelle ère numérique. La communication et les contacts se sont vus simplifiés, que ce soit dans l’espace professionnel, afin de trouver un partenaire de vie ou simplement l’accès facile à son cercle.

En revanche, leur omniprésence est également devenue addictive. Il y a de plus en plus d’études et de recherches qui explorent les effets négatifs qu’ils peuvent avoir sur notre quotidien. Une étude de l’Université de Pennsylvanie a trouvé qu’une utilisation quotidienne des réseaux sociaux limitée à une durée de 30 minutes peut causer « une amélioration significative du bienêtre ». Plus tôt cette année, des chercheurs ont conclu que des expériences négatives sur les réseaux sociaux sont liées à un sentiment de solitude plus élevé chez les jeunes adultes. Ce n’est pourtant pas réciproque; ils ont conclu que des expériences positives ne sont pas associées à un sentiment de solitude moins élevé ou à de meilleures relations. En ce qui concerne les applications à vocation romantique, la variété de choix et la facilité d’accès rendent l’engagement et l’atteinte de bienêtre plus difficile pour les milléniaux. L’Université du Wisconsin a conduit une étude lors de laquelle ils ont noté que les individus qui se voyaient présenter 24 choix étaient moins satisfaits que les individus qui n’avaient que 6 choix de départs. 

Une présence numérique est devenue quasi-nécessaire dans notre société moderne, mais les milléniaux se retrouvent devant le dilemme trouver un équilibre entre leur bienêtre et leur utilisation des réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *