Mode de Vie

Comment votre pays affecte la façon dont vous définissez les fréquentations

Publié

Comment votre pays affecte la façon dont vous définissez les fréquentations ?

Photo par freestocks sur Unsplash

De nombreuses réalités sociales ont évolué au fil des ans. Les relations amoureuses en font parties. Non seulement ont-elles évolué avec le temps, mais leur signification sociale et leur importance varient à travers le monde. Ces relations occupent une place importante dans la vie des milléniaux. Selon Urban Dictionary, « dating » est lorsque «deux personnes attirées l’une par l’autre passent du temps ensemble pour voir si elles peuvent également se tenir proches la plupart du temps, si cela réussit, elles développent une relation». Autrement dit, ce terme fait référence à un stade qui précède généralement une relation engagée.

Comme beaucoup de réalités sociales, les relations amoureuses se manifeste différemment selon les pays. La religion et la langue sont deux aspects sociaux qui ont un fort effet sur les fréquentations. Dans l’ensemble, les Nord-Américains seraient plus prudents et méfiants vis-à-vis de l’engagement, tandis que les Européens ont tendance à rechercher l’engagement et à l’établir assez rapidement. Mais comme beaucoup d’aspects sociaux dans le monde occidental, les relations sont également façonnées par le multiculturalisme. Par conséquent, les normes de relations et fréquentations peuvent différer d’une communauté à l’autre, influencées par les traditions culturelles ou religieuses. Dans le monde oriental, où une religion domine et réglemente l’État (officiellement ou non), ces normes sont beaucoup plus homogènes.

La langue a également un effet sur les réalités de fréquentations et de relations d’une région. Le terme « dating » permet aux anglophones d’étiqueter une relation (au lieu d’avoir à étiqueter quelqu’un comme un petit ami / petite amie). Mais de nombreuses langues ou dialectes n’ont pas de traduction directe de ce terme. Nous n’avons pas besoin de chercher loin pour trouver un exemple. Ici, au Canada, les milléniaux francophones n’ont pas de traduction directe du mot « dating ». Bien que nous ayons pu trouver un moyen de traduire l’étape de rencontres avec « sortir avec » ou « voir quelqu’un », le fait qu’elle ne soit pas ancrée dans la culture de notre langue fait que l’étape “rencontres” n’est pas une définition de référence d’une relation. Au Canada, où la plupart sont bilingues, cela n’a pas beaucoup d’impact sur les normes sociales, mais dans un petit pays où il n’y a qu’un seul dialecte, cela peut façonner la société.

Il est clair que les fréquentations ne sont pas simplement des milléniaux ont peur de l’engagement, mais que sa définition et sa perception peuvent provenir d’une histoire culturelle et religieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *