Mode de Vie

La montée du mouvement “body positive”

Publié

La montée du mouvement «body positive»

Le mouvement « body positive » est partout. C’est un mouvement qui a pris plus d’ampleur au cours de la dernière décennie. Entre la controverse de Victoria’s Secret et les critiques de la politique de « taille unique » de Brandy Melville, nous vivons actuellement dans une ère où la « positivité corporelle» est devenue une tendance utilisée par les entreprises pour promouvoir leurs produits. La semaine passée, Olay vient d’annoncer qu’ils arrêteraient de retoucher les corps dans leurs publicités, ce que certains ont critiqué comme un moyen de cibler les jeunes consommateurs. Qu’est-ce que la positivité corporelle et en quoi consiste ce mouvement social? Selon le dictionnaire Collins, la positivité du corps est l’idée que les gens devraient se sentir heureux et fiers de leur corps, peu importe sa forme ou sa taille.

Pendant des années les industries de la mode et des médias ont promu un idéal de beauté inatteignable de la femme mince (souvent blanche et photoshoppée). La société est en changement et nous permet dorénavant d’interpréter comme beau une grande diversité de corps. Le mouvement #bodypositivity essaie de montrer que la beauté ne doit pas être définie par l’apparence physique (la taille) d’une femme. Actuellement, plusieurs artistes et personnalités publiques utilisent leurs plateformes pour promouvoir l’amour-propre et l’acceptation de soi, comme Marianna Mazza. Lors de son entrevue à «Tout le monde en parle» plus tôt ce mois, Marianna Mazza a dit qu’elle aime ses petits pains et qu’elle se retrouve belle avec le corps qu’elle a. L’artiste québécoise Safia Nolin a également montré que la taille n’a pas d’importance et que chaque corps est différent, mais toujours beau. En effet, avec son clip pour Lesbian Break-up Song, montrant une diversité de corps, elle est devenue l’une des premières artistes au Québec à promouvoir la positivité corporelle. En bref, ce mouvement permet aux individus de toutes formes et tailles de se sentir représentés dans la sphère publique et d’accepter leur corps.

Mais d’un autre côté, ce mouvement a également ses défauts. Dès que quelqu’un mentionne une idée différente de l’opinion dominante au sein de ce mouvement, cette personne est étiquetée comme «fat-phobic». La société n’est toujours pas à l’aise avec l’obésité, et bien qu’il soit vrai qu’une personne en surpoids peut être en bonne santé, pour certains ce mouvement favorise un mode de vie malsain. Plus tôt cette années, l’entraîneuse-célébrité Jillian Michaels s’est retrouvée au milieu d’une controverse. Après avoir questionné pourquoi la chanteuse Lizzo était «célébrée» pour sa figure, elle a été automatiquement étiquetée comme “fat-phobic”. Pour certains, ce mouvement favorise une acceptation de l’obésité («fat-acceptance») qui, pour eux, favorise un mode de vie malsain. De plus, les militants du mouvement «body positive» semblent faire le contraire de ce qu’ils promeuvent, soit l’acceptation de toutes les tailles. Le dicton commun «les vraies femmes ont des courbes» et «zéro n’est pas une taille» glorifient les femmes qui ont des courbes au détriment des femmes qui sont naturellement minces. Cela pourrait créer une situation similaire à celle initiale, où les femmes naturellement maigres pouvaient ressentir la pression de prendre plus de poids.

En conclusion, le mouvement de positivité du corps modifie notre perception de la beauté et permet aux femmes de toutes formes et tailles de se sentir belles. Si ce mouvement atteint son objectif, les femmes ne se sentiront plus obligées d’avoir un «thigh gap», ou la pression d’être minces pour être considérées belles. Le fait que de plus en plus d’entreprises et de personnalités publiques aient cessé de retoucher leurs photos permet également à la femme ordinaire de ne plus se comparer à une image inaccessible. Mais, pour y parvenir, ce mouvement doit cesser de prioriser une forme par rapport à l’autre, et inclure toutes les formes et tailles, qu’elles soient plus petites ou plus rondes et larges.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *