Photo by Mikhail Nilov from Pexels

Alors que plusieurs personnes à travers le monde célèbrent l'amour, de nombreux milléniaux ont eu du mal à faire face à une année d'isolement physique et social. Cet isolement a non seulement fait des ravages sur les individus mais aussi sur les couples existants. La pandémie obligeant tout le monde à rester dans des espaces fermés, beaucoup ont dû reconsidérer une relation déjà existante, apportant des changements ou des ruptures. En 2020, 2,71 millions de Canadiens ont demandé le divorce.

En raison de la pandémie, les couples ont dû vivre sous un nouveau type de pression, avec une nouvelle série de défis. Pour beaucoup de milléniaux, les soucis de stabilité et d'incertitude ont atteint un niveau record. Avec près de 300 000 emplois perdus au Québec en 2020 (touchant principalement les employés plus jeunes), le stress lié à l'emploi et à la stabilité économique ainsi que le manque d'intimité et d'espace ont pu créer une tension chez les couples.

Selon une étude de l'Institut Vanier de la famille, datant de novembre, cette période a eu de nombreux impacts positifs et négatifs sur les couples. La proximité physique et le temps supplémentaire passé ensemble ont eu des impacts différents sur les couples, en fonction de leur situation et de leur force avant le confinement. De plus, les couples disposant de plus d'espace et de ressources ont pu créer une routine saine de télé-travail, tandis que les couples disposant de moins d'espace ont pu être plus stressés par cette logistique.

Sans véritable fin en vue, l'année dernière a été une période éprouvante pour les individus, ces difficultés se répercutent souvent sur leurs diverses relations.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.