Nouvelles

La position du gouvernement Legault sur le racisme systémique est-elle contradictoire?

Publié

La position du gouvernement Legault sur le racisme systémique est-elle contradictoire?

Photo par Ying Ge sur Unsplash

Récemment, un débat important sur le racisme systémique s’est installé dans la sphère québécoise. Au niveau fédéral, le premier ministre canadien indique que nous avons un problème de discrimination systémique au Canada. mais au niveau provincial, il semblerait que François Legault tente de jouer les deux côtés de la médaille en admettant que le racisme est présent dans la société québécoise comme dans toute société, tout en refusant d’admettre que le racisme systémique est présent au Québec.

Selon la Commission des droits de la personne et de la jeunesse” (CDPDJ), le racisme systémique concerne la discrimination envers des personnes issues de minorités diverses par les institutions mises en place dans une société. En résumé, « cette forme de racisme a pour effet de perpétuer les inégalités vécues par les personnes racisées notamment en matière d’éducation, de revenus, d’emploi, d’accès au logement et aux services publics. » Le système actuel québécois y participe sur plusieurs points.

Tout d’abord, le gouvernement Legault a adopté une loi qui discrimine les minorités racisées et religieuses. En effet, la loi 21 est une mesure qui permet légalement de refuser un emploi dans la fonction publique aux personnes portant un signe religieux. Ainsi, plusieurs personnes provenant de ces minorités ont encore plus de difficulté à accéder à un emploi ou d’évoluer au sein d’une entreprise publique en raison de cette mesure. Cette loi démontre définitivement qu’il y a de la discrimination systémique au Québec.
De plus, le racisme systémique n’est pas exclusif au cadre du travail. En effet, il y a de la discrimination au sein du système de santé également. Il y a eu plusieurs cas de femmes autochtones partout à travers le Canada qui, dans une visite d’hôpital, se sont retrouvées stérilisées de force.
Il est également possible de retrouver du racisme systémique au sein du corps policier québécois. Effectivement, les personnes autochtones et les personnes arabes ont quatre fois plus de chance d’être interpelées par la police par rapport aux personnes blanches et les personnes noires ont cinq fois plus de chances d’être interpelées par la police par rapport aux personnes blanches.

Ainsi, dire que le racisme systémique n’existe pas au Québec, mais qu’il y a des personnes racistes comme dans toute société semblerait absurde puisque nous avons des preuves concrètes démontrant que le système de santé, le corps policier, et le cadre du travail y participent. Pourtant, le gouvernement Legault continue à se voiler les yeux et à refuser d’admettre que ce problème critique existe dans notre société québécoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *