Pourquoi les produits menstruels devraient être gratuits dans les institutions publiques québécoises ?

pexels-nataliya-vaitkevich-5712318

Il y a quelques semaines, l’Écosse est devenue officiellement le premier pays au monde à rendre les produits menstruels gratuits, dans l’espoir d’abolir la précarité menstruelle. Ce vent de changement commence à être présent au Canada. En effet, en 2019, la Colombie-Britannique est devenue la première province à offrir des produits menstruels gratuits aux étudiantes. Le 4 décembre 2020, l’Assemblée nationale du Québec a adopté une motion, mise de l’avant par la députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier. L’objectif de cette motion est d’offrir des produits menstruels gratuits dans les écoles publiques et d’autres institutions publiques du Québec. Mais pourquoi est-il important d’avoir un système de produits menstruels gratuits au Québec?

Voici ce que le Québec offre déjà

Malgré le fait que certains articles comme les cerises à cocktail et les gâteaux de mariage n’étaient même pas taxés, les produits menstruels étaient considérés comme des articles de luxe au Québec, et la taxe fédérale sur les produits et services et la taxe de vente provinciale du Québec leur étaient appliquées pendant plus de 20 ans. Ce n’est qu’en 2015 que cette taxe injuste, appelée taxe tampon, a été officiellement supprimée.

De plus, quelques municipalités du Québec ont un programme qui rembourse jusqu’à 125 $ aux femmes qui utilisent des alternatives écologiques, comme les coupes menstruelles, les serviettes hygiéniques réutilisables et les culottes menstruelles. Mais, seulement 15 municipalités ont cette option, ce qui la rend difficilement accessible à tous les Québécois.

Gratuité au sein des institutions publiques 

Plus de 50% de la population a des menstruations et personne ne choisit d’en avoir. Pour maintenir une bonne hygiène personnelle lors de ces dernières, des serviettes hygiéniques, des tampons, des coupes menstruelles, des culottes menstruelles et/ou des serviettes réutilisables sont nécessaires. Alors que le savon et le papier hygiénique, destinés à maintenir une hygiène de base, sont gratuits dans les toilettes publiques, les serviettes hygiéniques et les tampons ne le sont pas. Ce n’est pas logique, car ils sont là pour des raisons d’hygiène et sont essentiels.En outre, la présence d’alternatives gratuites dans les toilettes publiques est fondamentale pour les femmes sans abri et les femmes et les filles qui ont du mal à payer leurs produits menstruels. En effet, les femmes sans-abri doivent parfois choisir entre leur dîner ou maintenir une bonne hygiène pendant leurs règles en raison du coût élevé de ces produits. De plus, selon Plan International Canada, plus du tiers des Canadiennes de moins de 25 ans n’ont pas les moyens d’acheter des produits menstruels. La mise en œuvre de produits menstruels gratuits dans les institutions publiques telles que les écoles et les toilettes publiques est donc nécessaire.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.